La 3D et ses problèmes …

Les habitués de ce blog savent que le cinéma et a fortiori la télé en 3D sont des sujets qui m’intéressent au plus haut point. C’est pour moi la source d’une grande satisfaction car l’immersion est bien supérieure mais en même temps celle d’une grande déception à cause de ce que je pourrais appeler les « effets collatéraux ».

J’en avais d’abord parlé ici pour mettre en avant les différences 3D active / 3D passive et pour soulever les quelques problèmes rencontrés, puis pour appuyer mes propos.

Les articles trouvés sur internet récemment (voir celui-ci et celui-là par exemple) me confortent dans mon idée que cette technologie est sortie trop rapidement. L’avancée technologique est importante, l’impact sur le public est énorme et 85% des gens sont satisfaits. Je regrette seulement que l’on se fiche complètement des 15% restants pour la sacro-sainte loi du marché …

L’œil est beaucoup plus qu’une caméra, c’est un organe complexe et prodigieux qui transforme des signaux lumineux en influx nerveux. Des millions d’années d’évolution ont fait de cet organe ce qu’il est. Il est donc adapté à ce qui existe. Dans la nature, l’information visuelle (les signaux lumineux) arrive de façon continue, et se propage dans toutes les directions. L’œil prend donc les informations dont il a besoin pour que nous puissions visualiser le monde qui nous entoure. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ça fonctionne plutôt bien !

 

 

Dans le cas de la 3D, qu’elle soit active ou passive, l’information visuelle est tronquée et pas forcément continue. Il y a soit un effet stroboscopique, trop rapide pour être consciemment détecté (le signal n’est pas continu), soit une polarisation (le signal n’est pas multidirectionnel). Du coup, les stimuli visuels ne sont plus « naturels ». En poussant cette réflexion plus loin, on pourrait même dire que l’œil n’est pas totalement adapté à ces nouveaux stimuli. Ce qui est sûr, c’est qu’on n’a pas assez de recul pour certifier que cela ne pose pas de problèmes.

 

Et justement, ça en pose pour environ 15% de la population. Dans ce lot de personnes, on trouve principalement ceux qui ont déjà un dysfonctionnement de la vision binoculaire et/ou des troubles oculomoteurs, et les enfants de moins de 8 ans dont les yeux sont en cours de développement. Mais aussi des gens a priori sans problèmes oculaires …

Je vous invite à lire ces articles, et plus généralement à fouiller sur internet, surtout si vous éprouver une gêne quelconque après avoir visionné un film en 3D (chez vous ou au cinéma).

 

Soyez vigilants pour vos enfants !

– (Vu 563 fois)

A propos Dehel

Je suis moi, et c'est déjà pas facile !
Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Vous pouvez laisser un commentaire ici ...