Pourquoi subir l’écologie ?

N’avez-vous pas remarqué à quel point il est difficile de savoir exactement comment trier ? Ne vous êtes-vous jamais demandé si le plastique que vous avez en main va bien dans la poubelle jaune (ou verte ou d’une autre couleur d’ailleurs, même ça est variable) ? Trouvez-vous normal de déléguer une si grosse partie du travail aux particuliers alors qu’il serait envisageable de faire autrement ?

Toutes ces questions, et bien d’autres, nous ramène au titre de ce billet : pourquoi subir l’écologie ?

Les politiques, poussés par les écologistes, regrettent à juste titre que les français soient aussi peu tournés vers l’écologie et multiplient les actions pédagogiques, les décisions, les lois. Mais ils oublient une chose fondamentale, la fameuse résistance au changement, cette fantastique inertie qui fait freiner des quatre fers chacun d’entre nous dès qu’on lui demande de changer un tant soit peu ses habitudes ou d’agir différemment, et qui devrait donc les encourager à faire en sorte que tout se passe en douceur …

L’exemple du tri donné plus haut est criant de vérité. Chaque commune peut avoir ses propres poubelles et ses propres règles de tri (qui sont d’ailleurs généralement confuses).

  • Parfois il faut rincer les contenants avant de les jeter, parfois non.
  • Parfois les sacs plastiques sont acceptés, parfois non.
  • Parfois la poubelle est à plusieurs centaines de mètres de l’habitation (ex : la collecte du verre).
  • On peut y mettre certains emballages plastiques mais pas tous.

Bref, loin de la simplicité attendue, l’exercice est rédhibitoire. On finit par arrêter de se poser la question et par jeter le déchet dans la poubelle « normale ».

Bien des solutions existent, comme par exemple établir des règles claires et nationales, ou fournir des poubelles aux particuliers en campagne et des vides-ordures spécifiques en ville, sur le pallier.

 

Mais ce n’est pas tout, le cas de la pollution atmosphérique est hallucinant. Il est notoire que malgré les réels effort engagés, consommer pollue toujours (directement ou non).

  • On consomme plus quand les températures sont extrêmes. On nous demande alors d’adapter notre consommation.
  • Quand les niveaux d’alerte à la pollution sont atteint, on nous demande de réduire la vitesse de notre véhicule.

Autrement dit, on commence par nous vendre des produits qui s’avèrent polluants pour nous inciter ensuite à les sous-utiliser.

On pourrait incriminer la société de consommation, et on aurait raison. Mais n’y a t-il pas d’autres coupables ? Les industriels savent quoi faire pour rendre leurs produits moins polluants mais le coût en est élevé et doit être répercuté sur le prix.

 

Nous deviendrions tous des écologistes chevronnés si cela n’entrainait aucune contrainte supplémentaire dans notre vie de tous les jours. Et pourtant, je déplore que la liste commencée ici soit si longue … Avez-vous déjà réfléchi à la question ? Quelles propositions feriez-vous si on vous en donnait l’occasion ?

– (Vu 228 fois)

A propos Dehel

Je suis moi, et c'est déjà pas facile !
Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Vous pouvez laisser un commentaire ici ...