Peut-on être un écologiste de droite ?

C’est une question que je me suis toujours posée et qui prend tout son sens quand on constate que les partis dits écologistes aujourd’hui en France sont tous en fait constitués de gens de gauche ou centre-gauche.

Le but de ce billet est juste de comprendre pourquoi. j’ai d’ailleurs hésité à le mettre dans la catégorie « Politique » …

Alors on a tendance à penser que seul le profit attire les gens de droite (ce n’est pas pour rien qu’on les appelle des « capitalistes »). Admettons.

Je n’arrive pas à voir en quoi c’est contraire à l’écologie. Ne peut-on pas construire une usine écologique ? Ne peut-on pas diriger une entreprise écologique, même si elle fait des profits ? Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer en quoi c’est impossible ? On ne diminue pas le profit en se tournant vers l’écologie, par contre on augmente les investissements. Oui mais justement, le propre du capitalisme est aussi de savoir investir pour avoir de meilleures retombées.

Ce n’est pas parce que ça n’arrive pas ou très rarement que c’est impossible. À mon sens c’est une question de volonté et aussi de sensibilisation. Il me semble d’ailleurs que les jeunes entrepreneurs sont beaucoup plus écologistes que les moins jeunes.

Et pourtant, on le voit bien chez nous, les partis écolos sont affiliés à gauche et je dirais même qu’un écologiste de droite ne serait pas crédible.

Pourtant le social n’est pas l’écologie. Alors pourquoi a t-il pu s’accaparer l’écologie sans problème ? Je pense que c’est peut-être parce que dans l’opinion publique, le social signifiant en quelque sorte « aller vers les autres », il est facile de l’étendre à « aller vers la nature ». Une telle extension étant plus délicate avec le capitalisme, tourné vers sa propre personne par définition (définition que je ne cautionne pas complètement).

J’approuve totalement cette phrase tirée d’un commentaire du billet référencé à la fin de ce billet : « L’écologie doit être au dessus du clivage droite-gauche ». En effet, l’écologie n’est pas un positionnement politique mais une base de réflexion devant être associée à la réflexion politique (quelle qu’elle soit).

Dans un article intitulé L’écologie politique entre expertocratie et autolimitation, André Gorz écrit : « L’écologie devient politique lorsque la défense d’une culture du quotidien converge avec la question de la survie de l’espèce humaine et la prise en compte de la question de la démocratie », ce qui me semble applicable à gauche comme à droite et qui appuie l’idée que c’est bien une question de volonté plus que de bord politique.

On y lit aussi que les deux plus grands représentants des deux bords (Chine et USA) ne sont pas des modèles d’écologie …

[Sources : Peut-on être un écologiste de droite ? | Facebook et Wikipédia]

– (Vu 4451 fois)

A propos Dehel

Je suis moi, et c'est déjà pas facile !
Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

6 réponses à Peut-on être un écologiste de droite ?

  1. wasicu dit :

    Comme tu invites à donner son avis sur le blog sur le forum wordpress, je viens.
    Le blog est agréable, clair, les articles sont lisibles (je ne parle pas du contenu même si j’apprécie cet article et la question posée.) Bref, bravo, ce blog est destiné à être visité. Après c’est la durée qui compte sur le net.

    • Dehel dit :

      Merci wasicu, ça me fait plaisir car j’ai passé pas mal de temps sur la forme. Et n’étant pas graphiste, j’ai besoin du retour des autres pour juger de la qualité perçue (à ce sujet, il y a un sondage dans la sidebar ;)).
      Encore une fois merci et à bientôt.

  2. Li-An dit :

    En fait, un peu d’histoire politique montre que le mouvement écologique choisit des références de gauche quand il se fédère (fin des années 80 ? à la suite de la réussite du mouvement Grün en Allemagne). Avant cette fédération, il est constitué de nombreux courants notamment de droite et d’extrème droite (les mouvement de droite catholiques traditionnels sont en opposition avec le monde de l’argent et du développement d’une société basée sur la science et la technologie). Les écolos peuvent être au dessus des partis mais faire de la politique c’est aussi aborder des thèmes sociaux. Surtout quand une partie des opposants à l’écologie classique sont, eux, bien à droite. Si l’industrie commence à s’intéresser à des solutions écologiques c’est bien parce qu’ils subissent une pression politique et non pas parce qu’ils se découvrent un besoin de préserver l’humanité.

    • Dehel dit :

      C’est intéressant ce que tu dis … Et malheureusement vrai. Je dis malheureusement car pour moi l’écologie devrait être une sorte de leitmotiv qui viendrait peser sur le reste. Du coup, quel que soit le bord politique, les idées devraient toujours être réalisées dans l’optique de l’écologie (du moins quand cela s’applique), pas à cause d’une quelconque pression ou parce que c’est « vendeur ». J’ai souvent l’impression que les politiques sondent l’opinion pour voir qu’elles sont les idées les plus appréciées pour ensuite orienter les leurs (si on peut dire que ce sont les leurs du coup). L’écologie ne déroge pas à cette règle.

      PS : J’ai activé ton inscription aux commentaires car tu ne l’as pas fait (tu n’as pas répondu au mail de confirmation, l’as-tu reçu ?)

  3. Guy dit :

    Je vais y aller aussi de mon petit commentaire, déjà sur le site, la première impression est bonne, on n’a pas tout de suite envie de fuir, c’est un bon point 🙂
    Ensuite sur l’écologie, autant que je m’en souvienne les premiers écolos n’étaient pas trop de gauche, c’était même un peu réactionnaire, retour à la terre nourricière, etc.. C’est ensuite, quand une réflexion politique autour de l’écologie a émergée que ces partis se sont gauchisés, pas uniquement en france, je pense que c’est la même tendance dans toute l’europe au moins.
    Cela me semble logique, notre chère ministre NKM a sans aucun doute une forte sensibilité écologiste, et je ne la remettrai pas en cause, mais faisant partie d’un gouvernement fortement lié à la FNSEA pour ne prendre qu’un terrain proche de la nature, il lui sera difficile de défendre ses idées, même analyse pour les liens avec les milieux industriels, etc..
    De toute façon, à moins de créer un emplacement différent dans l’échiquier politique (le haut, le bas, la diagonale…) il faut bien se positionner et un positionnement à gauche du mouvement écologiste parait être plus cohérent.
    Vive le 14 juillet 🙂

    • Dehel dit :

      Merci, je ne suis pas trop à côté de la plaque alors. Mais je sais qu’il y a encore du boulot, ne serait-ce que sur la promotion du site …

Vous pouvez laisser un commentaire ici ...