Jean est mon ami

J’ai un ami, appelons-le Jean*, qui a un problème.

Figurez-vous qu’on en parlait justement la semaine dernière et que ça m’a donné l’envie d’écrire ce billet.

Alors voilà, Jean à une petite amie, elle est belle et son prénom c’est Bonnie*. Jean travaille beaucoup car il aime son travail (il est informaticien). Jean est maître de son temps et de ses choix.

Je travaille beaucoup, je rentre tard, mais c’est parce que j’aime ça. Si le besoin s’en fait sentir, je peux retomber dans un cycle d’horaires plus « normaux », d’ailleurs je l’ai déjà fait sans aucun problème.

Sa copine devant se faire hospitaliser, ils décident ensemble qu’il prendra une journée ou une demi-journée de RTT pour l’accompagner (une voiture pour deux).

Pendant ce temps, Jean travaille d’arrache-pied, comme à l’accoutumée, attendant de connaitre la date exacte d’admission de sa dulcinée pour poser ses congés.

Le jour du rendez-vous pré-hospitalisation, Bonnie obtient sa date d’admission. Le jour même, au travail, une date est bloquée pour une présentation client (maintes fois repoussée) suivie d’un « évènement d’entreprise » en soirée auquel la présence des collaborateurs est fortement appréciée.

Bien sûr vous l’avez deviné, les trois évènements tombent le même jour !

Et là, PATATRAC! tout s’écroule. Le pauvre Jean doit confronter ses croyances à l’impossibilité qu’il a de poser ce fameux jour de congé pour accompagner l’élue de son cœur. Un choix doit être fait, lourd de conséquences. Personne n’est responsable alors qui sacrifier ? Le client, qui est plutôt difficile en général ? Le patron et les collègues qui ne comprendraient pas ? Ou Bonnie en la laissant se débrouiller toute seule ?

Ces questions, avant même leur réponse font l’effet d’un électrochoc, c’est la prise de conscience.

Suis-je vraiment maître en la demeure ? Ma vie professionnelle n’a t-elle pas pris le pas sur ma vie privée ? Ai-je finalement tous les retours que je suis en droit d’attendre par rapport à mon investissement personnel ?

La vie est ainsi faite que la conjonction de deux évènements anodins peut entrainer une réflexion qui, de fil en aiguille, mènera à une remise en question globale impliquant des bouleversements énormes.

Jean est en plein doute. Il ne sais pas encore ce qu’il en découlera, moi non plus d’ailleurs, mais il est sûr qu’il va remettre en question un certain nombre de choses …

 

* Les prénoms ont été modifiés.

– (Vu 486 fois)

A propos Dehel

Je suis moi, et c'est déjà pas facile !
Taggé , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Vous pouvez laisser un commentaire ici ...