Pollution et circulation alternée

L’écologie … Cette belle façon de faire pour penser au futur de notre planète et donc à l’héritage que nous laisserons à notre descendance … Je suis pour en théorie, qui veut vivre dans un monde de pollution ? Mais à chaque fois qu’une action est menée, j’ai une irrésistible envie de pousser un coup de gueule (voir ici pour le dernier) !

Nombre de personnes, politiques pour la plupart mais pas seulement, déplorent le peu d’intérêt que les gens portent à l’écologie. Aucune de ces personnes ne fait le rapprochement entre ce désintérêt et les contraintes imposées à tout un chacun pour respecter une décision écologique destinée à diminuer la pollution constatée.

Aujourd’hui, le sujet est la circulation alternée.

Tout d’abord, soyons honnête, mettre en place une alternance fait diminuer le nombre de véhicules en circulation et de fait la pollution émise à un instant T. En cela, cette décision a un sens. Encore une fois c’est plus la manière de l’appliquer qui pose question. Cette décision n’est pas anodine et l’on comprend l’hésitation préalable. Beaucoup de gens utilisent un véhicule par nécessité ou habitude et priver 50% d’entre eux est une décision lourde.

Dérogations à la circulation alternée

Dérogations à la circulation alternée (Cliquer pour agrandir)

 

Premier problème, la liste des exceptions. Je l’ai trouvée sur Twitter, merci à celui qui l’a postée (je ne le citerai que s’il le souhaite).

Je ne suis pas habilité à critiquer le bien fondé de cette liste, je considère donc que ces dérogations sont tout-à-fait logiques et inattaquables.

Ce qui me choque c’est plutôt le nombre de véhicules finalement non concernés qui implique que ce n’est pas 50% de véhicules en moins mais plutôt 30%. L’effet est donc moindre. Les véhicules restants sont surtout ceux de gens qui vont bosser et qui font donc un aller-retour dans la journée. Ok, je schématise et ce n’est pas la vérité absolue, mais vous voyez ce que je veux dire …

 

Deuxième problème, les personnes devant respecter la décision ne sont pas les véritables pollueurs. En effet, à moins que vous ayez construit votre véhicule de vos propres mains, vous n’êtes pas responsable de la pollution qu’il génère (si l’on considère qu’il est bien entretenu, mais ça c’est une autre histoire). On touche ici du doigt le point qui m’ulcère le plus. Ne pas prendre son véhicule peut être une grosse contrainte que l’on fait subir à une personne qui n’est pas responsable de la pollution.

Même si je salue la volonté de bien faire, voici encore une manière stupide de diminuer la pollution qui contribue à donner une mauvaise image à l’écologie. Si les gouvernements successifs avaient vraiment été tournés vers l’écologie, ils auraient mis en place avec les constructeurs automobiles une phase de transition pour que ce soit eux qui subissent et pas le consommateur final. Cela aurait pris du temps, certes, mais au moins on serait plus avancé que maintenant.

Mais pour en arriver là, il faut combattre les lobbys pétroliers, et nous savons tous ce que cela veut dire …

J’aimerai bien savoir si certains d’entre vous partage cet avis ?

– (Vu 220 fois)

A propos Dehel

Je suis moi, et c'est déjà pas facile !
Taggé , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Vous pouvez laisser un commentaire ici ...